Learn from a Parisian & Expect The Best From Yourself & Your French Teacher

Cyril Effala – Le Brassens du Cameroun!

Posted By on May 12, 2013 in Afrique, Chanson, Francophonie, Humour, Le Blog de Pierre, Musique, Politique |

Cyril Effala – Le Brassens du Cameroun!

Cyril Effala 1970-2005 Yaoundé

The talented Cyril Effala dies in Yaoundé at the age of 35 from typhoid fever.

More songs (Le laboureur, Nuits Perdues, Ashuka Ngongoli, Saint Pierre) are available on this MySpace page.

May someone produce a compilation CD!

Thanks to my friend Jay Lou, I have one cassette somewhere…

Monsieur l’Abbé (some mistakes in the transcription – avec des erreurs dans la transcription)

La Grand’Galère

La Grand’Galère (lyrics/paroles)

LA GRANDE GALÈRE

« La grande galère est pleine de cons

Qui à Dieu font la leçon

De les avoir créé maçons

Au lieu d’en faire des forgerons

 

Notre misère c’est ça

La richesse est toujours là

Chez l’autre et jamais chez moi

La grande galère est pleine de rats

 

La grande galère est pleine de cons

Qui à Dieu font la le sermon

D’avoir créé aussi des mormons

Au lieu de leur seule religion

 

L’égoïsme est notre lot

Et si l’autre est toujours de trop

La grande galère est pleine de cons

 

La grande galère est pleine de gens

Qui baignent dans l’or et le diamant

Et qui trouvent encore chiant

De ne pas avoir quarante dents

 

Notre nature c’est ça

Ce qu’on a ne nous suffit pas

La grande galère est pleine d’ingrats

 

La grande galère est pleine de gendarmes qui veulent refaire les lois

Et des juges qui veulent l’argent du banquier et la femme du roi

 

Notre malheur c’est ça

Le bonheur est toujours là

Dans le lit du voisin

La grande galère est pleine de chiens

 

La grande galère est pleine de rois

Qui ont déjà tout ce qu’il se doit

Mais qui de faire un coup d’Etat

Au bon dieu se font le serment

 

 

Mon petit doigt me dit tout bas

Qu’après son céleste repas

Le rêve de dieu le père est de faire de petits gosses aux vierges

 

Pour respecter la trinité

Il n’est voudrait que des triplés

Qu’il m’absolve tant pis

Vive la démocratie

Mais là je crois que c’est moi le con

 

La grande galère est pleine de cons

Qui à Dieu font la leçon

De les avoir créé maçons

Au lieu d’en faire des forgerons

 

Notre richesse c’est rien

Le seul bonheur qui soit bien

Est dans le lit du voisin

Dieu merci

On n’est pas que des cons et des chiens »

©Cyrille EFFALA

White against Black

Si tu la Croises un Jour

D’Africultures:
Avec sa voix claire et sa guitare sous le bras, Cyril Effala, arpégeait sur les situations cocasses de la société camerounaise. Comme son père spirituel Georges Brassens, le chansonnier osait mettre à nu les désordres de la société, l’ordre social, l’ordre religieux, l’ordre familial etc. Militant de l’humain, il mettait sa guitare et sa verve au service de l’ironie et de l’humour. Fasciné par les mots, Cyril Effala les réinventait en leur donnant toutes leurs densités, rendant un magnifique hommage à la vitalité de la chanson à texte.
Plutôt habitué des cabarets dans lesquels il s’accompagnait à la guitare lorsqu’il chantait en français, et au tambour de percussions lorsqu’il se mettait au Bikutsi, Cyril espérait revenir sur des scènes plus importantes.
Le succès de sa chanson “Monsieur l’Abbé” lui avait valu d’être surnommé ainsi par le public.
Il représentait avec Donny Elwood et Marcellin Ottou la nouvelle vague acoustique camerounaise.
Les premiers signes publics de la typhoïde qui le travaillait se sont fait sentir lors de son concert inachevé le 7 avril dernier au Centre culturel français de Douala. L’hôpital général de Yaoundé avait lancé à plusieurs reprises des SOS à la radio pour des dons de sang 0+. Il s’y est éteint à le 9 juin
—-
Pendant son dernier concert, le 7 Juin il annonce: “Je suis désolé, je ne peux plus continuer. La typhoïde dont je souffre ne me permet malheureusement pas d’aller plus loin ce soir.”